Depuis janvier, les élèves de la classe de 2de 7, encadrés par leurs enseignantes, Mmes Mathon et Cereijo, et Benjamin Vaude, intervenant de la Smac Les Abattoirs à Bourgoin (Scène de musiques actuelles) mènent un travail de création en demi-groupe. Ce projet s’inscrit dans le cadre du Club Culture Eureka « Noir, c’est noir », financé grâce à la Région Auvergne Rhône-Alpes et au PLEA.

Ensemble, ils ont découvert l’univers du polar et ses codes, inventé une histoire puis l’ont mise en musique, en voix et en scène. La restitution a eu lieu durant le festival Electrochoc le 30 mars 2017, sur la scène des Abattoirs de Bourgoin.
La parole est à eux !
« Notre groupe a décidé de créer une ambiance inquiétante autour de la culture japonaise : nous avons imaginé un personnage dont la femme est portée disparue. Que s’est-il réellement passé ? Cet ancien policier décide de mener une enquête et part à sa recherche. Il s’appelle Nekosuke et nous avons raconté son histoire…
Avec l’aide de Benjamin, nous avons créé une atmosphère angoissante, avec un rythme lent et des basses bien marquées. Nous avons tous pu participer à la création de la bande-son, même si nous ne sommes pas musiciens !
Nous avons apprécié de travailler sur ce projet qui a permis d’instaurer une bonne ambiance et cohésion dans le groupe. Le fait de monter sur scène pour la première fois est une expérience enrichissante. Curieusement, nous n’étions pas trop stressés, contrairement aux répétitions. »
(Les élèves du premier groupe)
« Notre groupe, quant à lui, a écrit une histoire sur une jeune femme schizophrène qui travaille dans les catacombes le jour et commet des crimes la nuit sans s’en rendre compte. Nous avons créé une musique oppressante qui accompagne les différents évènements de notre texte. Nous avons voulu que la musique ne soit pas monocorde et avons cherché à amener du rythme.
Avant de monter sur scène, nous étions un peu stressés et nous n’étions pas sûrs de pouvoir relever ce défi… Une fois sur scène, nous étions à l’aise et avons passé un bon moment. C’était une belle expérience ! »
(Les élèves du deuxième groupe)
Et si c’était à refaire ?
« Je m’investirais encore plus... »
« Je testerais bien ingénieur du son. »
« J’aimerais refaire un autre projet de ce genre. »
« Je referais ce projet, c’était cool de partager quelque chose avec une partie de la classe, en dehors des cours et sans note ! »

Blandine CEREIJO, Elise MATHON

Club-Culture-Eureka-avril-2017- - 1
Club-Culture-Eureka-avril-2017- - 2
Club-Culture-Eureka-avril-2017- - 3