Les élèves de première spécialité HGGPS1, vous embarquent dans leur projet : Lycéens à l’opéra
Grâce à un financement de la région et de la CAPI, les élèves de 1ère HGGSP ont pu travailler tout au long de l’année sur le rôle de l’opéra dans nos sociétés.
Longtemps considéré, comme une pratique culturelle élitiste, l’opéra veut s’ouvrir à tous. Les représentations contemporaines mettent en lumière des thématiques intemporelles : cette année  il s’agit de la critique du pouvoir avec l’opéra proposé : le Coq d’or de Rimski Korsakov.
Nous vous proposerons une série d’articles pour partager avec vous cette aventure.
Candice, Jasmine, Lucile et Thelma (Elèves de 1ère G spécialité HGGSP)
Le choix de notre logo !
Au cours de ce projet quelque peu ambitieux, nous devions, pour le finaliser au mieux, trouver un logo, un symbole pour représenter notre travail. Ce fut au bout de quelques heures de longue réflexion et de travail que nous réalisions, celui, qui à nos yeux était parfait. Nous voulions un logo simple mais qui représentait subtilement notre projet.
Quelle est sa signification ?
La coquille d’œuf en or fait référence à l’opéra qui est au centre de notre projet : Le coq d’or de Rimski-Korsakov.
En effet l’œuf est au cœur de l’intrigue d cette œuvre. La couleur que nous avons choisie fait alors référence au titre de l’opéra.
Au centre on retrouve le titre de notre émission et journal « Dans les coulisses... » accompagné de notes de musiques qui elle représente la suite du titre « … de l’opéra »
L’ensemble forme alors notre logo et symbolise notre travail à tous.
Les interventions
Au cours de notre projet, quelque intervenants sont venus compléter nos savoirs et approfondir nos connaissances de l’opéra.
11 mars 2021 rencontre avec Monsieur Brun
Lors de cette rencontre avec le professeur de chant Monsieur Brun nous avons effectué nos premiers pas au sein du monde de l’opéra.
Premièrement nous avons pu apprendre que l’art lyrique est un art très complet qui met en musique des paroles. Longtemps réservé à l’élite, durant de nombreux siècle celui-ci a été signe de puissance.
Deuxièmement, il est important de souligner que les spectacles que nous offre cet art complexe nécessitent l’intervention de nombreuses personnes comme les chanteurs, l’orchestre, le chœur mais encore les techniciens en coulisses. Majoritairement écrit en français, en allemand et en italien, quelques opéras dérogent à la règle, comme c’est le cas de l’opéra au centre de notre travail : Le coq d’or. En effet celui-ci est écrit en russe. Le coq d’or est joué pour la première fois en 1909, en Russie à Moscou. L’histoire qui y est raconté est tout droit sortie des contes du célèbre écrivain russe Pouchkine. Quant à la musique, celle-ci provient du compositeur russe Rimski-Korsakov. Troisièmement, Monsieur Brun nous a proposé divers extraits de cet opéra qui nous ont permis de constater qu’avec un même texte et une même partition les représentations pouvaient être très différentes. Parfois très traditionnelles, ou à l’inverse plus modernes, les multiples représentations traduisent néanmoins un même message : une satire du Tsar. Effectivement non sans risque l’auteur dresse tout au long de son œuvre une satire des régimes autoritaires qui mettent à leurs têtes des incapables soutenus par un peuple stupide et complice,
Le tsar Dodon rencontre la reine de Chemakha dans l'acte II du Coq d'Or (1909).
Ces deux heures passées à ses cotés ont éveillé notre curiosité et note enthousiasme pour la suite du projet…
Lucile
11 mai 2021 rencontre avec Monsieur Gomez

Alexis Gomez

Nous avons assisté à une intervention d’Alexis Gomez, un violoniste professionnel dans le but d’en apprendre plus sur le métier de musicien et également pour nous parler de la pièce du coq d’or.
On peut noter qu’il faut en moyenne 20 ans de travail pour être reconnu comme musicien professionnel ce qui suppose de commencer très tôt la pratique autour des 6/7ans.
Alexis Gomez nous a présenté son instrument; un violon très très vieux en parfait état créé en 1670, ainsi qu’un de ses archers datant d’environ 300 ans qui est très fragile et très précieux. En effet, les violons anciens ont des qualités acoustiques exceptionnelles et certains musiciens comme Alexis Gomez ont la chance d’en jouer un grâce à la générosité de mécènes. Dans un deuxième temps, il nous a proposé plusieurs écoutes, le premier enregistrement était un morceau datant du 17/18ème siècle de Jean-Sébastien Bach, la seconde écoute était le même morceau mais cette fois-ci joué en direct par Alexis Gomez. Suite à ces deux écoutes, nous avons eu un temps d’expression de nos ressentis.
Nous avons pris conscience que la musique vivante génère des sensations bien supérieures aux enregistrements, nous avons eu l’impression « qu’elle remplissait la pièce » « elle est plus intense ».
Ensuite, nous avons eu une troisième écoute d’une pièce pour violon et piano dont le but était d’essayer de deviner de quel(s) pays étai(en)t à l’origine de cette musique. Après un temps de réflexion en commun, nous avons appris que c’était des inspirations espagnoles composées par un autrichien au début du XXème siècle.
Alexis Gomez nous a également rappelé les axes principaux de la pièce du Coq d’or à savoir une critique du tsar et du peuple. En effet l’art lyrique peut être un instrument de lutte, quelques compositeurs ont utilisé leur art pour dénoncer des abus, pour participer à la vie politique et ainsi pour ouvrir les yeux de leurs concitoyens
Jasmine

Connexion

Recherche

Statistiques

Visiteurs
240
Articles
913
Compteur d'affichages des articles
2671619